Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Renommée : 21
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission de Rang 1] Pourir les noissons ! (Part 3 - End)

le Jeu 8 Aoû - 6:08
Deux jours s’étaient écoulés depuis le rendez-vous entre les deux hommes et nous étions déjà à des heures similaires. L’assassin avait eu plus de temps que nécessaire pour élaborer une stratégie afin d’honorer son contrat.

Accroupis sur le sommet d’une pile de conteneurs des Dixon Docks, Deathstroke attendait le moment fatidique pour mettre son plan en application. Il ne savait que ce qu’il avait besoin de savoir : un homme à abattre, un colis à protéger le temps que des hommes de mains arrivent.

Le bateau, dans lequel le chargement arriverait, serait à quai dans moins d’une heure et une demi-heure de plus pour le déchargement des conteneurs avant que la cible atteigne le "point X" de rencontre. L’homme qu’il fallait abattre allait tenter de récupérer un paquet passé en fraude dans l’un de ces conteneurs  et les employeurs de notre assassin comptaient l’exécuter et s’emparer du colis. Ce genre d’affaire était le B.A. BA du terminator ; le genre d’affaire où on avait juste à trancher une gorge. Simple vengeance ou précaution d’un cartel.  
 
Lorsque l’Aurore accosta dans le port, une multitude d’élévateurs s’animèrent  sur les quais, déchargeant la marchandise et l’envoyant dans les différents compartiments grillagés de stockage des docks. L’un d’eux fut déposé sur un marquage au sol à la peinture jaune fluo situé à la droite de Deathstroke. Une fois la zone débarrassée de la lumière intempestive des phares du véhicule portuaire, l’assassin sauta sur le conteneur et disparu. Environ une dizaine de minutes plus tard, un individu s’approcha du dit-conteneur. Après avoir regardé autour de lui et s’être assuré d’être effectivement seul, il sortit de sa poche un morceau de papier où figuraient les codes d’ouverture du chargement. Il appuya en hâte sur le pavé numéroté.

[1.7.3.0.5]

Un bruit électronique se fit entendre et la porte blindée bailla devant le mécréant. Celui l’entre-ouvra un peu plus pour en extraire une caisse en bois au couvercle clouté avec les impressions encrées « From Columbia ». Il sortit un marteau à clou d’une sacoche qu’il portait à l’épaule et souleva le couvercle. Ce qui semblait être de l’angoisse dans ses yeux se transforma en soulagement et pleine satisfaction. Soudain, un bruit de verre cassé résonna dans une allée non loin de là. L’homme ramené rapidement les pieds sur terre commença à mettre des petits sachets de poudre blanche dans sa sacoche. Puis juste avant de quitter les lieux en toute hâte, il eut l’impression d’être observé. Il se tourna vers le conteneur dont il ne pouvait voir le fond à moins d’y pénétrer. Un léger bruissement se fit perceptible à l’intérieur, simplement de quoi attiser la curiosité et l’homme s’avança. Avant qu’il eu pu passer la tête à l’intérieur, Deathstroke jaillit du conteneur, sectionnant d’un coup de katana la gorge de sa cible. Celui-ci n’eut que deux ou trois secondes d’instinct pour apposer ses mains sur sa gorge ouverte, qui laissait s’évaporer des flots de sang frai, avant de s’éteindre dans d’effroyables étouffades ensanglantées.

Deux gars en imper arrivèrent dans la seconde qui suivit. Ils avaient été là tout le long de la mission, comme pour surveiller ses faits et gestes. Forts impressionnés par la rapidité et la précision de son action, ils prirent le temps de le féliciter avant de lui tendre une liasse de billet aussi grosse que la première.

"La deuxième moitié comme convenu !"

L’assassin s’en saisit méfiant et se retira dans l’obscurité comme à son habitude. Aussitôt qu’il eu disparu les deux hommes s’empressèrent de vider la sacoche de l’homme décédé et de balancer son corps dans l’étendue sombre du parc portuaire. Puis ils prirent la fuite discrètement.

… Mais que voulaient ses hommes à espionner le célèbre assassin Deathstroke ? Pourquoi l’envoyer lui si des hommes étaient présent lors du meurtre et visiblement capable de s’en sortir seuls. C’était des questions qui devraient trouver réponses.  En tout cas, cette mission était un succès et la cible « pourrissait les noissons », enfin façon de parler.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum