Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Renommée : 21
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission de Rang 1] Pourir les noissons ! (Part 2)

le Jeu 8 Aoû - 5:51
Les rues de Gotham étaient désertes à ces heures. On avoisinait les deux heures du matin et une heure s’était d’or et déjà écoulé depuis le coup de téléphone entre les deux hommes. Ils avaient donc rendez-vous au lieu convenu.

D’ailleurs, une silhouette chapeauté d’un borsalino avançait d’un pas rythmé sur la Church Street et s’aventurait au tournant dans la sombre impasse de la témérité. Cette ruelle portait effectivement bien son nom, car les honnêtes citoyens de Gotham ne s’aventuraient jamais dans ce genre d’endroit s’ils n’avaient pas quelques sombres affaires à y  traiter. L’homme s’avança d’un pas de plus en plus lent dans l’impasse, laissant  des empreintes dans la boue au sol derrière lui. Les lampadaires faiblards feignaient de s’éteindre à chaque clignotement, ce qui n’était pas pour le rassurer.
 
Il atteignit non sans mal le fond de la ruelle, maintenant avec force son imperméable sombre au niveau de l’abdomen. Surement pour maintenir quelque chose de rangé dans une poche intérieure. Sous le bras gauche, un léger relief indiquait la position d’une arme de poing dans son étrier, prête à être dégainé dans le besoin. L’homme à l’allure de gangster ne trompait personne dans son attitude. Ses yeux rués sur la ruelle et son poignet n’étaient que culpabilité et anxiété. Sa façon de tourner et de guetter l’obscurité des poubelles éventrées derrière lui était de la peur. Rien de tout cela n’échappait à Slade Wilson.

D’ailleurs celui-ci était non loin de là, perché sur un escalier de secours quelques mètres plus haut, analysant la situation. Quand il eut suffisamment fait patienter l’imperméable, il saisit la rambarde de la plate-forme où il était et sauta par-dessus de profil. Il atterrit comme un chat sur le sol boueux de l’impasse, à environ deux mètres de son interlocuteur, visiblement troublé par l’arrivée inexplicable de l’assassin. L’homme, d’environ 35 ans, la barbe de trois jours et le lobe droit coupé, parvint à réunir suffisamment de courage pour prendre la parole face à l’imposant Deathstroke.
"C’est moi qui vous ai appelé. C’est bien vous ?"

"Et qu’auriez-vous à me dire si c’était moi ?"

L’homme glissa sa main du coté opposé à l’arme (un calibre 9mm à en juger la crosse un instant visible dans l’ouverture du manteau), pour en sortir une enveloppe scellée en papier-craft. Il l’a tendit à l’assassin qui s’en saisit fermement. Il l’ouvrit proprement d’un geste précis et en extraya une photo ainsi que quelques documents et une liasse de billets. D’un coup d’œil averti, il explora les différentes informations avant de refermer l’enveloppe.

"Alors ?"
"J’accepte."

En à peine deux pirouettes, l’assassin avait disparu, franchissant le mur qui fermait l’impasse. Le gangster en herbe restait totalement hébété sous un lampadaire à l’ampoule éclatée.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum