Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Renommée : 234

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateurhttp://batmanandco.forumgratuit.org/

Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

le Mar 14 Juin - 19:27
Cela faisait maintenant une heure qu’Harley surveillait la porte de l’Asile d’Arkham, depuis le parking. Elle avait pris rendez-vous pour un entretien avec un des prisonniers de la prison pour 18h00 pétantes. Pour faire bonne figure, elle avait troqué son costume d’arlequine pour une sobre robe rouge surplombée d’une stricte robe de tailleur noire. Ses cheveux blonds n’étaient exceptionnellement pas coiffés en couettes, mais lâchés sur ses épaules. Son maquillage était discret, mais elle avait tout de même cerné ses yeux de noir afin d’atténuer l’expression extatique qui la rendait trop facilement reconnaissable. Elle se sentait horriblement vieille attifée de la sorte, mais il lui fallait passer inaperçue pour rentrer dans l’asile qu’elle avait tant de fois côtoyé, du côté des fous et du côté des médecins. Harley vérifia sa toute nouvelle et toute fausse carte d’identité : elle se présenterait à l’entrée sous le pseudonyme d’Anna Tomie. La jeune femme gloussa une énième fois en voyant ce nom, puis rangea la carte avant de vérifier l’heure sur sa montre : 17h58. Il était temps pour elle d’y aller. Elle sortit de sa voiture –enfin la voiture d’un inconnu qu’elle avait littéralement éjecté de son véhicule quelques heures plus tôt-, fit semblant de la fermer en sifflotant, puis se présenta d’un air nonchalant au gardien de l’entrée. Elle lui présenta sa carte d’identité en souriant et lui annonça qu’elle avait rendez-vous avec l’un des détenus. Harley ce demanda où était Joker en cet instant précis : elle n’avait pas compris tout son plan, mais comptait sur lui pour qu’il soit génial, à l’instar de son créateur. Le garde fouilla sommairement la jeune femme avant de la laisser passer sans poser de problème. L’arlequine lui envoya un clin d’œil avant de pénétrer l’immense bâtisse dont un second garde lui ouvrit les portes. Comme ces odeurs fétides lui avaient manquées ! Elle se retint de laisser entrevoir sa nostalgie et garda un air neutre et sérieux. Anna Tomie était supposée être l’avocate d’un certain John Looping, un criminel qui, se prenant pour un kangourou, avait terrorisé une bande de gamin à l’école élémentaire de Gotham et en avait enlevé deux. Ils avaient tous trois été retrouvés au sommet d’un arbre, sains et saufs. Mais la ville avait décidé d’enfermer cet homme qu’elle jugeait dangereux. Mais ce n’était pas Looping le kangourou qui intéressait le Joker et Harley. Il n’était qu’un prétexte pour laisser la jeune femme d’entrer et permettre au clown d’enlever l’homme qui les intéressait. A savoir : le docteur Hugo Strange, devenu depuis peu l’un des psychiatres d’Arkham. A la suite d’une longue marche dans les couloirs, Harley arriva à la salle des visites, re-déclina son identité à un infirmier, et s’installa à la place qu’il lui indiquait. Looping était déjà là. Le pauvre homme tremblait et, malgré un traitement certainement massif, ne pouvait s’empêcher de faire des petits bonds sur sa chaise. La jeune femme se présenta –comme Melle Tomie bien sûr-, lui expliqua les raisons de sa présence ici, puis finit par se rapprocher de lui et lui murmurer :

-En fait M. Looping, je comprends tout à fait ce que vous ressentez. Voyez-vous, je ne suis pas la femme que je semble être. En vérité se cache en moi….un koala. Je voulais faire votre connaissance car je pense que nous avons beaucoup en commun. Vous ne devez pas réprimer ce que vous avez au fond de vous : sautez, dansez, riez……Faites comme moi !!!!

Joignant le geste à la parole, Harley se leva et bondit sur la table. Elle tendit la main à Looping, qui, malgré son regard hagard, se mit à sautiller avec elle. Les infirmières réagirent au quart de tour. Et bientôt, le docteur Strange apparut en courant, échevelé (c’est dire !) devant eux. Harley profita d’un élan pour se jeter sur lui et le plaquer à terre. Elle lui enserra le cou avec ses jambes et sortit une seringue de la poche de la blouse de Strange. Lui mettant l’aiguille sous la carotide, elle lança à la cantonade :

-Ouvrez les portes de l’asile ou j’le dézingue !!!

Plus doucement, à l’intention seule de Strange :

-Ne vous inquiétez pas cher collègue, on va vous sortir de là !
avatar
Renommée : 662

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

le Dim 3 Juil - 18:45


Batman - Du rififi chez les foufous


Le poids de trois rondes de nuit d'affilée pesait sur le bas de mon dos. J'essayais constamment de dissimuler mes douleurs à Dick ou a Clark, mais j'allais devoir consulter. Les exercices de Tai Chi ne seraient plus utiles pour compenser mon rythme effréné... En fait, j'aimais me perdre dans ce genre de pensées lorsque j'enfilais mon costume pour préparer ma ronde nocturne. Je me sentais plus humain que jamais. Mais en tant que seul humain sans pouvoir au sein des fondateurs de la Ligue des Justiciers, autant dire que j'étais bien habitué à faire face à mes limites.

- Maitre Bruce, dois-je vous déclarer en sortie à Gotham ce soir ?
- Non Alfred. Si je suis appelé, dites que je suis entrain de revoir le business plan de Wayne Industrie. Je ne veux pas passer pour un fêtard sans qu'on puisse vérifier l'information.

J'ouvrais l'accès à la Bat-cave tout en restant profondément concentré. Ne rien oublier, rester prêt. Les costumes des Robins s'enchainent, puis les miens. J'enfile ma cape sans broncher avant d'arriver au cœur de la Cave. La Bat-mobile est là. Elle démarre à mon arrivée, laissant l'air comprimé ouvrir la portière pour me laisser m'y glisser.

- Allons y... Oracle, je sais qu'il est tôt, mais y'a t'il des éléments à me notifier ?
- Rien de particulier... Un moment... L'alarme d'Arkham.
- Le Joker ?...
- Je ne sais pas encore, sois prudent.
- Inutile de me le dire, tu sais que je ne fais jamais rien par hasard.

Je démarre, en trombe dans la nuit naissante. Il est tôt, encore, mais assez tard pour que les plans les plus stupides se mettent en marche. Le Joker se complaisait, depuis sa prise d'otage légendaire de l'asile d'Arkham, à tenter de réitérer son exploit. En vain, certainement, mais les "tentatives" elles-mêmes pouvaient mettre des vies en danger.

- Oracle. Point sur la situation ?
- Pour le moment, rien de très précis. Une certaine Anna Tomie à pris en otage une partie du personnel de l'asile.
- Anna Tomie ? Probablement un pseudonyme.
- Il n'y à rien de plus, il me semble. Mais attention...
- Elle tente peut être de libérer un des hommes de main du Joker, ou peut être le pingouin. Je saurais rapidement mettre de la lumière sur ce qui se passe.


Avec mon grappin, je me projette sur le toit du bâtiment d'accueil d'Arkham. Je passe outre les grilles de policiers et Gordon, qui me sait probablement déjà à l’intérieur. En vitesse, je m'introduis dans les canalisations et m'approche de la cour centrale.

Oracle allait être essentielle à la bonne avancée de mon intervention. Sans elle, j'aurais perdu du temps en cherchant des informations auprès des agents de la sécurité au dehors.

Mais qui sait ce qui s'était produit entre le temps de l'alarme et l'instant de mon intrusion ?


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤



Action 1 : Infiltration +5





Je prépare mon infiltration à Arkham en dépensant une action de Dissimulation.

Avec ma Dissimulation à 145, je suis invisible et imperceptible pour la majeure partie des individus présents à Arkham.







Invité
Invité

Re: Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

le Mar 5 Juil - 12:09
Bon, il devait être temps.
Gobant deux ultimes cachets, le Joker claqua à son tour la porte d'une voiture qu'Harley avait au préalable empruntée pour l'occasion. Elle était partie de cela vingt minutes et si son speech n'avait pas déjà été fait et bien.. Il lui faciliterait la tâche.
De son pas chaloupé, le malfrat entra donc aussi coloré qu'à son habitude dans cette Asile qu'il ne connaissait que trop bien. L'entrée était comme tout le reste du bâtiment, blanche, trop blanche; mais aujourd'hui elle était aussi devenue calme..
..Très calme

« Moi aussi ça me fait plaisir de te revoir Bill »

Le seul infirmier tenant encore debout s'approcha avec un sourire malsain. Le dénommé Bill ne semblait pas étranger à tout ce personnel à moitié shooté si ce n'est dans un coma partiel, et le guidait à présent à travers les couloirs déserts de la clinique. Les vapeurs de chlorophorme n'avaient évidemment n'aurait pas pu être ventilée en quantité suffisante, c'est pourquoi seul le hall avait eu un bon concentré du produit, histoire de moins alerter. Ç'avait été une idée de ce fameux infirmier, et le Joker, si ça ne l'indifférait pas, commençait lentement à l'ennuyer. Sortant un magnum 44, le malfrat commença à tirer au plafond avec un air comme blasé avant de tirer sur Bill avec un air plus satisfait. Les coups de feu avaient eu le temps de résonner quelques secondes avant qu'une agitation converge vers lui.. Et ailleurs.
Passant comme un Messie à travers ces ordres d'infirmières tétanisées, il les bouscula sans ménagement. Tous et toutes connaissaient ce morbide mythe de l'Asile et ils avaient assez d'instinct de survie pour ne pas esquisser le moindre mouvement à l'encontre de celui qui semblait marcher ici comme un conquérant. Il prit par la nuque une docteur qui devait avoir la trentaine, suffisamment pour l'avoir déjà approché lors d'un de ses emprisonnements. Arrêtant sa course folle vers l'endroit d'où venait l'agitement, il étudia l'employée avec minutie tout en se léchant les lèvres. Oh, il avait déjà eu le temps de l'observer maintes fois et de la maudire plus encore, mais il était plus drôle pour lui comme pour elle de laisser durer ce cauchemard.

« Su-zy. Docteur Parker. Suzy. Dis-moi, Suzy.. »
Toujours en la maintenant d'une main de fer à la nuque, il approcha son oreille de sa bouche.
« ..Harley est bien avec Looping ? »

La petite rousse hocha avec panique la tête, sans vouloir contredire celui qui jouait aussi bien avec sa vie qu'avec des cartes. La relâchant, il regarda à la ronde avant de reporter son attention vers le docteur qui se faisait relever par ses subordonnés.

« Merci de votre aide, Docteur Parker »

Le silence de mort qui régnait déjà s'accentua et avec un grand sourire, le Joker entendit des accusations contre la pauvre femme d'avoir travaillé à son compte avant de bifurquer dans un autre corridor. Salle 505.

« Ouvrez les portes de l'asile ou j'le dézingue !!! »

Nous y voilà

D'un mouvement vif il ouvrit la porte menant à la salle des visites et assomma d'un coup de crosse des infirmières, qui devaient être une bonne centaine au vu de leurs grouillements. Harley immobilisait totalement l'homme, leur cible, le fameux psychanalyste. Un homme peut-être plus redoutable que lui-même, le Joker. Mais peu importe.

« Vous.. »

Lançant un regard des plus antipathique à Harley, celle-ci se releva. Le vilain pris par le col Strange et le souleva. Du stade écrasé au sol à celui de ne pouvoir le toucher des pieds, ses lunettes reflétaient bien son état actuel : totalement désordonné.

« Moi. J'imagine que vous aurez autre chose à nous dire, quelque chose un peu mieux que cette grande révélation mais pour l'instant.. »

Relâchant le docteur, il pris un petit talkie-walkie de sa poche droite. Susurrant quelques mots à ses sbires qui avaient pris le contrôle des corridors, il le rangea bien vite et fit un signe galant pour indiquer à la jeune femme de le précéder. Enfin, ça aurait pu être galant si ce n'était pas pour la simple raison d'éviter que leur charmant compagnon ne file à l'anglaise.
avatar
Renommée : 662

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

le Sam 9 Juil - 16:59


Batman - Du rififi chez les foufous


Je connaissais l'odeur de la moitié des gazs odorants existant. Je connaissais presque par coeur l'odeur du du Poison du Joker ou de l'Epouvantail, et souvent même leur composition exacte. Toutes ces odeurs m'avaient dôté d'un sens inné pour la parano contre l'air lui-même. Et dans mes conduites d'aération, autant dire que je serais exposé bien rapidement. Humant l'odeur d'un chloroforme pesant, je met aussitôt mon masque et me concentre sur le son d'un calibre lourd qui perçait l'air d'Arkham. Des cris, la peur. Pour d'autres, le sommeil du chloroforme ou la paix de la mort.

Les choses semblaient déjà se préciser. Le temps filait à une allure folle, alors qu'un coup de feu rententi dans le corridor. J'étais arrivé déjà bien trop tard. Un infirmier avait vu son sang repeindre les murs de l'accueil, alors que j'entendais des pas précipités et lourds. Probablement le personnel, contrôlé par les hommes de mains du Joker. Dans ma position, je pouvais voir sans être vu ou entendu. J'étais dans mon élément, apte à choisir quand agir et intervenir.

J'allais commencer par sécuriser mon chemin. Si je ne mettais pas hors d'état de nuire les sbires, ils allaient peut être rappliquer et m'empêcher de neutraliser le Joker, empêchant tout autant les hommes de Gordon de reprendre le contrôle de l'Asile. Seul le bâtiment principal était envahi. Les autres ailes étaient toujours en fonctionnement, prenant à peine conscience de ce qui se passait et étant évacuées ou contrôlées par la police de Gotham.

Mon esprit ne fit qu'un tour. Dans très peu de temps, les sbires de Joker allaient couvrir son retrait. Quoi qu'il était venu chercher ici, il allait trouver un moyen de sortir, peu importe la police. Ses sbires allaient les occuper bien assez...


- Oracle, j'ai besoin d'un point très rapide sur la zone.
- Très bien. Active ton scanner, je t'envoi les donnée par data cloud pour assurer un transfert optimum des infos.
- ...
- Bruce ?
- ...
- Tu sais que je n'aime pas quand tu pars sans Tim.
- Il est grand. Il à ses propres objectifs. Et je me débrouille assez bien avec toi. Reste efficace. Alors, ces infos ?
- Transférées.


Je recois les informations sur mon Batscanner. L'écran s'ouvre et me permet d'avoir une vision dans les cent mètres alentours. Les informations restent rudimentaires : le nombre d'être vivants, leur rythme cardiaque et leur position. Il faudra m'approcher pour extraire plus d'informations biometriques. Mais je sais au moins qu'il y à des groupes d'hommes réparti suffisamment clairement. Des otages et des sbires du Joker. Ils fonctionnent par groupe de trois. Probablement un homme armé plus lourdement et deux soutiens. Du calibre 5.56 et 9mm. Jamais plus. Mon kevlar et mes muscles ne pourraient de toute façon pas en encaisser plus.

Je décide d'agir vite. Rapidement, je sors du canal d'aération pour débarquer au centre du corridor et surprendre quatre sbires au passage. En une roulade rapide et un saut de main, j'étais déjà à six mètres, à peine le temps de leur laisser réaliser qu'une bille explosive était à leur pieds. Projetés sur les murs, ils étaient déjà hors de combat. Je laisserai les otages qui ne sont pas dans mon chemin et m'assurer que tous les sbires qui croiseront mon chemin seront incapables de revenir. J'avais déjà localisé la pièce centrale ou devait se tenir le Joker. Il aime être au centre, de toute façon. Un lien malsain nous liait : je savais tout de lui, et anticipait déjà sa stratégie. Le tout était de m'assurer que les pertes seraient minimes.

Mais pourquoi agir si précipitamment ? Pourquoi prendre autant de risques ? Et pour qui ?

Il avait surement un plan bien ficelé pour se permettre d'agir si tôt, et de prendre si peu de gants. Il n'avait utilisé aucun leurre. Aucun braquage parallèle pour occuper les forces de Gotham, aucune bombe, rien. Pire, il était là, en personne.

J'allais devoir redoubler de prudence si je voulais rester en vie.


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤



Action 1 : Respirateur (immunité contre les gazs et autre).
Action 2 : Batscanner : +10 Perception
Action 2 : Bille brûlante x2





PV : Complets
PE : 425 - 15 - 20 - 20 PE = 370PE

Respirateur
Spoiler:
Description : Respirateur portable, permettant de ne pas se laisser prendre par ses propres pièges ou permettant de respirer sous l'eau.
Effets : Immunise à la Noyade / Aux techniques et effets liés à l'odorat et à la respiration.
Coût : 15PE, puis 5PE par actions.

Batscanner
Spoiler:
Description : Guidé par Oracle ou dans n'importe quelle situation, Batman reste constamment lié à son ordinateur principal. Grâce à ses différents modes de vision, il parvient à scanner l'environnement et à isoler des informations utiles.
Effets : Augmente de +10 la Perception.
Coût : 20PE par utilisations.
Max utilisations : 5

Bille brûlante
Spoiler:
Description : Les billes brûlantes permettent de créer l'effet d'une grenade incendiaire.
Effets : Provoque 30PV par billes et Brûlure au second degré pendant 5 Tours.
Petite Zone. Au bout de 5 Billes, l'ère d'action est de Zone.
Coût : 10PE par billes.
Max utilisations : MH/10







avatar
Renommée : 234

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateurhttp://batmanandco.forumgratuit.org/

Re: Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

le Lun 11 Juil - 23:30
Les gardiens ne mirent pas longtemps à exécuter les exigences de l’arlequine. L’alise d’Arkham devint aussi accueillant qu’un supermarché. Fière d’elle, Harley attendit son homme en fredonnant une chanson à l’assemblée. Celle-ci tremblait de concert, mais elle se força à accompagner la jeune femme. Strange ne fit pas exception : il avait l’habitude des petites manies psychotiques. Hugo Strange aurait certainement fait un très bon patient pour le docteur Harleen Quinzel - un très bon psy également. Harley se sentait toujours l’âme nostalgique quand elle revenait à Arkham sans y être enfermée par Batman. D’un geste de la main, elle invita tous les infirmiers présents à fredonner avec elle : elle tenait à bien accueillir son biquet.
C’est alors que celui-ci arriva, auréolée de sa brutalité coutumière. Harley lui adressa un grand sourire et le regard de chien venant tout juste de ramener un bout de bois à son maître. Mais Joker ne sembla pas partager son enthousiasme. Le regard qu’il lui lança fut si ….. hargneux que, décontenancée, elle lâcha Strange et se releva la tête rabaissée par une honte dont elle ne comprenait même pas l’origine. Le clown souleva le pauvre docteur comme pour vérifier que c’était bien lui. Harley ne put s’empêcher d’admirer la force de son patron, mais se contint de lui faire le moindre compliment. Joker relâcha Strange, qui retomba sur Harley. Celle-ci se releva et aida le docteur à en faire de même. Le criminel donna des instructions via son talkie-walkie puis « invita » Harley à prendre le chemin de la sortie. Ils parcoururent un long couloir pendant quelques instants puis perçurent un bruit de bagarre non loin de là. Cela pouvait être la police, ou bien … :

-Batman ! Il fonce droit sur nous Mister J !!

Harley voulut s’équiper d’une arme : elle sortit sa mini-massue de son sac à main. Une arme fabuleuse et pratique qui pouvait se déplier et s’agrandir. En vente dans toutes les armureries dignes de ce nom. L’arlequine se plaça devant Strange et se mit en position de défense, les jambes écartées sa massue dressée au dessus de sa tête. Elle lança, à l’intention du chevalier noir :

- Qui a peur de la grande méchante chauve-souris ? C’est pas nous, c’est pas nous !!
Contenu sponsorisé

Re: Du rififi chez les foufous (with Joker and Batman)

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum