Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Renommée : 87

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Bring it on ! A flame in your heart

le Ven 27 Avr - 15:23
Crimson Ash


Lexcorp - 12h45

Crimson Ash Theme 2

Livaison
Livrez une "pizza" à la Lexcorp. Une mission... EXPLOSIVE...
Objectif : Livrez à la Lexcorp
Mandataire : Reginaldo Mafiosi.


Down... down on my knees...
Si j'te crâme, tu m'promet de pas hurler, ok ?



J'arrive dans le bâtiment. Enorme. Sugoiiiii. Je pose mes yeux sur une bande de connards en cravate genre golden boy, le type que t'as forcément envie de plomber. Si un jour je devais péter quelque chose, putain, je commencerais par défoncer ces fils de bourges encravatés. Je marche en ignorant totalement la sécurité à l'entrée. Le type à l'air inquiet deux secondes, mais relis finalement son journal. J'lai vu dans ma vision périphérique. Genre se lever, s'asseoir, et tourner la page. Je fonce cash vers l'accueil, la nana en préférence, tout en grillant sans ménagement la politesse à un pauvre vieux con qui d'vait probablement être important vu la réaction de tous les types de la pièce.

Il avait pas intérêt à broncher. C'était pas le moment.

"Bonjour, que puis-je faire pour ... vous ?" La nana lève les yeux vers moi et s'accorde quelques secondes. Un type lambda, sans uniforme ni rien, avec une pizza dans les mains et une casquette que je retourne à l'instant pour lui montrer fièrement l'inscription "Pizza di Reginaldo" dessus.

"Bonjour... Une pizza, au nom de...Jason Kutcher. Etage 5 de la Lexcorp." Je la fixe droit dans les yeux, lui cale un beau sourire enjôleur qui lui fait comprendre que je suis le genre de type qui à l'habitude de draguer. Sur Aleffa V4 ou sur Terre, c'était pareil. Les êtres anthropomorphiques sont tous sensibles aux attributs de guerre primaires. Les griffes, ongles, les dents, les yeux. On est des animaux, toujours.

"Hum..." Elle réfléchit, remet ses cheveux. Je lui plait. Clairement. Je me concentre pour ne pas lâcher mon énergie, le Mojo. Le truc qui te fais draguer comme une bête même avec la gueule d'Austin Powers.

J'connais mes classiques.

"Je peux y aller ?" J'essaie d'avoir l'air insistant. Genre le mec qui n'a pas que ca à faire, et qui doit vite passer à autre chose. Le meilleur moyen de presser les gens est de s'imposer une fausse contrainte de temps. Ca fausse le jeu, et vous pouvez l'mener. Bon, j'dis ca, mais ca a dû marcher six fois sur vingt.

"Laissez moi vérifier dans mes dossiers." Six fois sur vingt et un. Elle consulte son ordi, entre un nom. J'essaie de la distraire, mais je ne suis pas assez bon pour la décrocher de son écran à la con.

"Ca doit être aussi dur à trouver qu'une aiguille dans une meute de chiens vo't truc." Elle rigole. J'pensais avoir été marrant, puis je réalise qu'elle se moque plutôt de moi. Quel bouseux. Je savais même plus comment se prononcait réellement ce proverbe.

"Je ne le trouve pas en base, c'est étrange, nous notons même les stagiaire, pourtant." Je change de technique. Elle fronce les sourcils, alors je joue le mec qui titille la corde sensible de l'empathie.

"Désolé d'vous presser hein... mais je suis à 28min. J'ai plus qu'une minute pour livrer ou je s'rais pas payé... Et la pizza, c'est un business plutôt cool pour payer mon matos de musique..."

j'glisse de quoi me qualifier à ses yeux. Un musicien ?! Damon Johnson me disait toujours que si je pouvais pas baiser avec ma gibson, il me restait plus qu'a me pendre. J'avais pas envie de m'retrouver le cou briser. Surtout que ca prendrais du temps pour me tuer comme ça... Beaucoup de temps.

Soudain, je la vois se raviser. Elle m'adresse un léger sourire. Je vois son tatouage dans l'encolure de sa chemise. J'ai des papillons dans le bide : c'est la femme de ma vie. Le genre un peu sauvage mais bien rangée. Celle qui me compléterais, vu que la seule chose qui est rangée, chez moi, c'est ce que je n'ai pas. J'suis romantique. Mais juste un livreur de pizza. J'ai gratté des points, mais elle passe déjà à autre chose en m'indiquant le numéro de code de l'ascenseur sur un papier.

Je le prend, j'fais la gueule. Comme toujours, j'suis mauvais perdant.

Dans la cabine, j'compte les s'conde. Devant ce pauv' Jason pas dans l'ordi, je compte les s'condes. Je r'descend, j'utilise le code, je jette le papier dans l'ascendeur. J'sors. J'achète un paquet de clopes dans la boutique d'en face. Quoi ? Vous vous attendiez à ce qu'il y ait une bombe dans la pizza ? Putain. Vous avez vraiment l'esprit mal placé. Quoi, j'suis rouge donc je dois tuer à chaque page du livre de ma vie ? Nahhh nah nah. J'dois déjà avoir une équipe, un équipage. Sinon j'aurais l'air malin à courir comme un renard, sans personne de mon équipe à sacrifier dans ma fuite. J'remet mon casque, j'démarre. Avenue principale. Au feu, j'm'arrête. J'réalise que mon cerveau avait inconsciemment noté des chiffres derrière le code. Genre 448-58 et d'autres trucs. Un numéro. Le papelard est là haut, à la Lexcorp. J'ai paumé l'num vu que j'arrive même pas à me rappeler où et à quel moment je l'ai jeté. Vous là, vous, vous pouvez lire et remonter dans le texte pour savoir quand je l'ai fait, bande de tricheurs. Mais moi je peux pas. Mon temps s'écrit vers le futur.

De toute façon, si elle m'était destinée, j'ai pas b'soin d'ce papier.


Une goutte tombe sur mon casque.

Il pleut sur Metropolis
Vie de Merde.




Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum