Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Renommée : 87

Fiche RPG
Santé:
0/0  (0/0)
Endurance:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Ready - Fire - Burn

le Mer 25 Avr - 19:04
Crimson Ash


Queensland Park - 20h41

Crimson Ash Theme 2

Brûle brûle Babylone brûûûle !
Enflammez le bâtiment de Steve Jefferson pour lui donner une leçon.
Objectif : Mettre le feu au bâtiment
Mandataire : Un chef de gang en rogne.


Shivers... in my back... nothin' more...
Le monde tourne... Derrière moi, les cendres.

Avant le coeur de Métropolis, les cadavres fumants, il y avait cette vie d'héroisme. Ouais... J'avais mis les pieds sur Terre depuis quelques mois et un couple de vieux retraités jap's avaient été cool avec moi. Ils m'avaient fait comprendre qu'il était possible d'être sympa quand le monde est sympa avec vous. Ca me changeais vraiment de la Piraterie. Mais j'avais mon plan. Ma propre destinée, et la bête, en moi. Celle qui réclamait toujours plus de liberté, de domination, de sang. Et pour elle, j'suis prêt à tout. Depuis l'enfance, j'ai grandit dans les coups de poings, dans l'absence de pitié. Comme un con devant sa pouffe, je ne pouvais pas résister. J'avais passé un peu de temps à sauver des innocents, démonter des mafieux toujours surpris de me voir recracher leurs balles. Utiliser mes capacités pour protéger des citoyens de Tokyo et leurs voix élevées à l'extrême pour louer mon nom, "Metsubou". J'comprenais rien à leur langage, trop différent des dialectes Efuurions. J'avais pris ensuite le temps de voyager dans une carlingue qui transportait mon vaisseau de transport, jusqu'à foutre les pieds en Amérique Latine.

J'rencontre El Fuego. Un pyromane totalement barré de la mafia Salvadorienne qui faisait deux fois mon poids, avec des capacité d'ignition incroyables pour un Terrien. Un métahumain. C'est comme ca qu'il s'appellait. Ce type là m'avait mené vers un autre chemin. Il m'avait fait comprendre que je ne pourrais jamais faire voler ma carcasse, car tous ceux qui pourrait bosser d'ssus auraient jamais envie de me laisser partir si je protégeais la Terre ou de temps à perdre pour m'aider gratuitement. Ou un truc du genre. Les Technologies humaines, elles, étaient totalement insuffisantes pour émettre dans d'autres secteurs. Puis j'ai entendu l'histoire d'un Extra-terrestre déjà tombé sur Terre et adopté par les humains. Et j'ai appris qu'il bossait en solo. Puis j'ai compris que j'pourrais enfin relâcher la bête. Y'avais aussi ce Luthor, un mec qui investissait largement dans l'espace, assez pour financer un projet qui pourrait lui apporter de nouvelles technologies. C'était le genre de deal que m'avait suggéré de proposer Fuego. Dans tous les cas, il me fallu pas beaucoup de temps pour trouver des moyens de m'approcher de Superman. D'abord un un incendie. Ouais. Pour attirer un héros, faut lui créer des gens à sauver, une enquête à assurer.

Bande de cons...


"T'veux du feu ? Hein ?"

J'pose la main sur le mur du bâtiment. Payé par Cerronne, pas très grassement mais assez pour payer mes premiers loyers. J'devais juste me débarasser de tous ceux qui étaient dans le building. Les crâmer, leur faire peur, les forcer à pleurer, geindre, et faire je ne sais quoi avec le vieux rital. Ca pouvait aller de la poubelle brûlée à l'autodafé, javais carte blanche. Mais vu que j'ai jamais fait dans la dentelle, voila que j'allais tout cramer. Autant sur Calderis qu'ici bas, j'aimais les extrême, la folie, la peur, la mort, ce qui poussait les gens à aller dans les extrêmes. Alors ma main sur le mur, mes cendres du néant qui parcours les moindres espaces d'air offerts par la surface du mur. Je savais pas pourquoi, mais mes cendres avaient la capacité de se foutre dans les interstices les plus petits qui pouvaient exister. J'avais déjà comparé leurs effets à ceux des cendres de la Terre, comparé mon feu spirituel à celui du feu réel. J'avais fini par accepter le fait qu'ils n'avaient rien à voir, mais l'effet restait le même. La main posée sur le mur, des sillons oranges enflammés s'étendent peu à peu, créant craquelures sur craquelures, et faisant naitre de petites flammes ça et là. En un instant, je pouvais voir le feu dévorer le premier étage, les premières alarmes sonner, et les premiers hurlements.

Profitant des flammes naissantes, j'allume une clope assez chargée de dope pour me caler pour un moment.

"Voila... Hum... De quoi s'faire un peu plaisir..."

J'm'assoie par terre, alors que j'entends déjà les sirènes de pompier. Les gens commencent à courir, afficher leur peur sur leurs visages difformes et bien dégeus, crâmés en partie par la fumée. Aucun blessé, aucun mort. C'était lent, soft. Sous contrôle. J'm'enfonce dans le mur. La beuh est trop bonne, et j'me sens déjà ailleurs. Autant au sens propre qu'au figuré. J'étais devenu un amas de cendres noires volantes sans m'en rendre compte. Dieu que j'adorais ça...






Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum