Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Invité
Invité

Trafic Surnaturel

le Mer 21 Mar - 17:27
Attendant le moment opportun, la flotte de Brainiac stationnée au dessus de la face cachée de Jupiter se prépara au premier acte d’invasion de la planète Terre. Ce n’est pas la première fois que cet astre rocheux recouvert d’eau devienne la cible d’une attaque extraterrestre et Brainiac lui-même, qui est pourtant habitué à ce genre d’hostilité, fut mis en échec plus d’une fois. Contraint de s’adapter pour gagner, l’entité de pure technologie opta pour une approche plus discrète de sa cible. Au lieu de lancer une habituelle invasion générale qui se solderait par un échec cuisant, il conçut une enveloppe corporelle ressemblant à un être humain et se téléchargea à l’intérieur. Son but est simple : infiltrer la Terre, étudier ses habitants et fragiliser les fondations sur lesquels se reposent les justiciers.

Construire un robot avec des traits humains ne représenta pas un défi pour Brainiac. Par contre, faire en sorte qu’il passe inaperçu représenta la plus grande partie du problème. Etudiant les signaux télévisés émis par la Terre, il fit en sorte que son espion ait l’air parfaitement humain et puisse passer incognito en lui synthétisant une tenue adéquate. Finalement, le robot contenant une copie de la mémoire de Brainiac quitta la flotte à bord d’une capsule de largage de sa taille et recouverte de roche pour lui donner l’aspect d’un astéroïde. Après tout, la chute d’un astéroïde de petite taille est banale. Des calculs de trajectoires bien précis le firent s’écraser dans un champ à proximité de la ville de Metropolis. Après être sortit du module de transport et l’avoir détruit sans laisser de trace, un Brainiac à l’aspect humain lambda s’immisça dans la société terrienne.

Imitant les êtres humains dans leur façon d’agir, Brainiac mangea, bu et dormit comme s’il était des leurs. Evidemment, il n’éprouve aucun de ces besoins là. Les repas et boissons sont détruites et il fait semblant de dormir. De plus, les humains n’étant pas particulièrement des êtres joyeux et souriant, son absence d’émotions passa inaperçu. Un type pas très souriant, voilà ce que conclure les serveuses de bars en lui servant son repas. Lorsqu’il atteignit la mégalopole qu’est Metropolis, le robot décida d’aller dans les quartiers les moins recommandables pour trouver la criminalité de bas étage. S’il veut apprendre et gangréner leur civilisation, c’est par là qu’il doit commencer ses méfaits. Les mains dans les poches et des calculs de probabilité pleins la tête, Brainiac arpenta une rue quasiment déserte lorsque, soudain, une voiture stationnée à proximité de sa position fut percutée par une substance organique. Non pas une déjection aviaire mais un être humain. Tout comme les badauds s’amassant autour du véhicule endommagé, le robot s’approcha de la scène du drame. Au contraire des personnes affichant clairement de la tristesse ou de l’effroi, il resta impassible. Il n’est pas étonné par ce qu’il voit. Les humains ont pour coutume de mettre fin à leur existence en atterrissant sur ce genre de moyen de transport. Non ?

« Hé, petit ! Tu m’entends ? »

Demanda un vieil épicier en soulevant les paupières du jeune homme dont le corps s’est partiellement encastré dans la toiture de la voiture. Ce dernier murmura tellement faiblement que le vieux commerçant dû s’approcher pour entendre ce qu’il disait avant de pousser son râle de mort dans un gargouillis d’hémoglobines lui sortant par l’orifice buccal et les narines.

« Qu’est-ce qu’il a dit ? »

Demanda une femme anxieuse et visiblement sous le choc. L’épicier referma les paupières du mort et, après quelques secondes d’attente où il soupira d’un air las, répondit.

« Je… je ne suis pas sûr mais je crois qu’il a dit : Je suis Superman. »

« Pas étonnant vu l’accoutrement. »

Fit remarquer un ouvrier en ôtant sa casquette pour la placer contre son cœur en signe de respect envers le défunt. La victime portait effectivement une allure singulière. Il avait enfilé un caleçon par-dessus son pantalon, noué un drap autour de son cou pour en faire une cape et dessiné la lettre S sur son torse nu avec du rouge à lèvres. Cet idiot avait sûrement essayé de voler comme son idole et, au lieu de danser avec les nuages, avait fait un saut de l’ange sur une dizaine d’étages de hauteur. Pendant que les badauds débâtèrent, le terme "méta-drogue" fut évoqué à plusieurs reprises ce qui n’échappa pas à Brainiac. Il profita d’un débat sur la responsabilité de l’Homme d’Acier dans ce drame pour prendre le poignet d’un bras de la victime pour lui faire une prise de sang avec l’un de ses doigts se changeant en minuscule seringue.

« Si Superman passait moins de temps autour du Daily Globe pour être prit en photo, je vous garantis qu’il aurait pu le sauver ! »

« Ne raconte pas n’importe quoi. On sait tous que tu lui reproches de ne pas te soutenir moralement lors de tes réunions d’alcooliques anonymes. »

Une voiture de police arriva et ses occupants dispersèrent la foule en ne gardant que quelques témoins pour raconter les faits. Juste avant de s’en aller, Brainiac remarqua un petit sachet plastique trainant sur le bitume de la route et le ramassa. Il l’analysa et, surprise, conclut que les toxines présentes en grande quantités dans le sang du mort et la substance contenue dans le sachet correspondent. Le robot essaya de calculer une probabilité sur la chance qu’il eut de retrouver "l’arme du crime" en tenant le petit paquet de drogue dans le creux de sa main et en s’engageant dans une ruelle occupée par un contingent de poubelles nauséabondes. Un type ayant l’air aussi sain d’esprit qu’un résidant d’Arkham remarqua l’objet que Brainiac tenait et se précipita vers lui. Au lieu de l’agresser physiquement, l’individu se mit à sautiller autour du robot comme un chien demandant à son maître de lui lancer le bâton.

« Jenveuxjenveuxjenveux !! Jtelachète !! Combiencombiencombien ?!! »

Ne sachant pas quoi répondre devant cette étrange variable mathématique et ignorant le prix d’un tel composé chimique, le récolteur de données opta pour une réponse passe-partout.

« Le prix habituel. »

Le drogué en manque se prit la tête entre ses mains tremblantes.

« Aaaaaaaaahh !! Daccord daccord daccord ! Tienscesttoutcequejai ! »

Et il lui fourra une poignée de billets chiffonnés entre ses mains synthétiques avant de s’enfuir avec le sachet en courant, croyant posséder une vitesse surhumaine. Le robot compta méticuleusement la somme d’argent reçut jusqu’à atteindre quatre cent dollars américain. Brainiac fit sans le vouloir son premier méfait en tant qu’infiltré et en conclut que l’espèce humaine était fort étrange.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum